Attention, un tueur en série à la Croix Rousse!

Dans le droit fil de « Quais du Polar », une petite visite à la librairie Decitre (l’accueil de Marion G. fut parfait de compétence et de gentillesse) à Confluence m’a permis de découvrir une écrivaine de roman policier Lyonnaise de grand talent, Odile Bouhier.
Marion m’a également dressé un panorama d’auteurs Lyonnais de littérature policière que je ne manquerai pas d’évoquer prochainement dans lyon-experience.com.
J’ai dévoré le roman d’Odile Bouhier: « Le sang des bistanclaques » d’un seul trait. En dehors de l’intrigue policière palpitante, vous plongez dans l’histoire début XXe de Lyon, ville noire et innovante puisqu’on assiste aux premiers pas de la police scientifique qui sera inventée à Lyon et incarnée dans le roman par son héros, le professeur Hugo Salacan. Vous déambulez aussi dans l’intrigue et l’histoire profonde de Lyon aux côtés du commissaire Victor Kolvair. Vous faites la découverte de ses quartiers, de ses particularités, de sa gastronomie. Connaissiez-vous les précurseurs des bouchons lyonnais ? Saviez-vous que la meilleure blanquette de Lyon se dégustait chez Blandine à l’angle de la rue de la Bombarde et que la tête de veau ça se passait chez Jeannot ? Et la première morgue de Lyon où flottait-elle ? Savez-vous enfin le rapport intime entre Lyon et Pittsburgh ?
Ah oui j’oubliais les « bistanclaques », le fameux murmure à trois temps des « bis-tan-claques » sur les pentes de la Croix-Rousse avec son tueur en série… A découvrir dans le premier livre d’Odile Bouhier…
Paul Brichet
 
Petit résumé pour vous mettre en appétit…
A Lyon, chez les soyeux, une série de crimes allume le feu entre la police traditionnelle et la toute nouvelle police scientifique. Pour tout savoir sur les bistanclaques : onomatopée figurant le bruit des métiers à tisser des canuts ! 9 mai 1920, Lyon. A l’aube d’une journée qui s’annonçait radieuse, le cadavre putréfié d’une vieille femme est découvert dans un pré, non loin du centre de la ville et de l’hippodrome. Le visage de la victime est tellement abîmé que l’identification est impossible. Pour ne pas ternir la réputation de Lyon, rivale de Paris et de ses brigades du Tigre, le procureur promet une résolution imminente. Le tout nouveau laboratoire de la police scientifique de la ville ? le premier au monde ? est chargé de l’enquête. Il est dirigé par le professeur Hugo Salacan et le commissaire Victor Kolvair, rescapé des tranchées. Cette enquête va révéler deux visions de la justice, de la police et de la science, deux visions aussi, faut-il le dire, d’une société en pleine mutation. Le Sang des bistanclaques est une plongée dans la société lyonnaise des Années folles. C’est aussi le parcours d’une autre folie, une folie individuelle, le portrait d’un enfant de la Croix-Rousse devenu tueur en série…

À propos d’Odile Bouhier

Odile Bouhier a grandi en Lorraine. Après des études à la Fémis, Odile Bouhier devient scénariste pour la télévision avec Louis la Brocante (2007) et Empreintes criminelles (2010/2011). Elle vit maintenant à Paris. Le Sang des bistanclaques, son premier roman, paru en mars 2011, se déroule à Lyon dans les années 20 et a pour héros le professeur Salacan et le commissaire Kolvair, qui dirigent la toute première unité scientifique de la police judiciaire. Pour Gérard Collard, libraire de la Griffe Noire à Saint-Maur et chroniqueur, Le Sang des bistanclaques est « l’une des révélations de l’année 2011 ». On retrouvera le même duo d’enquêteurs dans De mal à personne, le deuxième roman d’Odile Bouhier, paru en mars 2012. Enfant, Odile Bouhier a pour voisins F. Heaulme, tueur en série, et P. Dils, condamné à tort… Aujourd’hui, ils ont déménagé. Elle aussi. Son goût prononcé pour les personnages torturés est un prétexte, ses récits explorent les zones d’ombre de l’âme humaine.
Oeuvres cultes d’Odile Bouhier pour Quais du Polar
– Film : L’Ultime razziade Stanley Kubrick
– Livre : Casco Bayde William G. Tapply
– Auteur : Truman Capote
Les bouquins d’Odile Bouhier:
« La nuit in extremis », le dernier livre d’Odile Bouhier vient de sortir (avril 2013) salué par la critique. Il vient de recevoir le prix griffe noire du meilleur polar historique francais 2013. Bravo
 

/* 468x60, date de création 11/07/11 */
google_ad_slot = "4162152596";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->

ARCHIVES