Fêtes des Lumières Lyon 2016, plus de 40 installations…

Fêtes des Lumières Lyon 2016, plus de 40 installations…

Après une interruption pour cause d’attentat voici de nouveau la Fête des Lumières 2016 à Lyon. Elle s’est déroulée principalement sur la presqu’ile par mesure de sécurité. Plus de 40 installations pour le bonheur des lyonnaises et des très nombreux visiteurs français et étrangers…
Chaque année, éclairagistes, designers, vidéastes, architectes, graphistes, artistes plasticiens, mais aussi compagnies de spectacles de rue, proposent des installations inédites et surprenantes pour la célèbre Fête des Lumières de Lyon
En 2016, les oeuvres lumières de la Cathédrale Saint-Jean, de la cour de l’Hôtel de Ville ou de la Place Bellecour ont particulièrement marqué les esprits du public.
Et si les quatre mâts de la piscine du Rhône, dont l’architecture marque la rive gauche du fleuve, se transformaient le temps de la Fête en gigantesques turbines lumineuses ? Le Rhône, fleuve impétueux et chargé d’Histoire, en devient la force motrice. Son énergie est symbolisée par la mise en mouvement de ces vortex de lumière dans de monumentales spirales dynamiques qui rappellent, à qui veut le voir, le savoir-faire lyonnais en matière de mise en lumière.
Projet de l’école Factory
Depuis plusieurs années les étudiants de l’école Factory (école de cinéma, théâtre et 3D/FX) participent à la Fête des Lumières. Particulièrement sensibles à l’image et à la création artistique, ils proposent un autre regard sur la Fête. Issus de toutes les disciplines, une trentaine d’étudiants a déambulé en Presqu’île et nous offre un parcours multimédia. Par la fiction, le reportage, le recueil de témoignages ou l’imagination brute, leur approche rafraîchit notre regard sur la Fête.
Synopsis du projet « Rencontre(s) »
L’histoire d’un voyage à travers le temps et le rêve en 11 épisodes, où personne n’est à l’abri d’une rencontre fortuite. Des entités ressentent de l’attirance, faite de nuances et de contrastes, dans le but de partager. Au cœur de la chaleur des illuminations, nous suivons leurs parcours ponctués de moments de contemplations.
Pour corser le défi, des contraintes de dernière minute ont été rajoutées pour stimuler leur créativité :
« Le défi karaoké »
En écho à l’œuvre “Coup de coeur” de la place des Célestins : faire une courte vidéo de groupes/couples/personnes seules qui chantent une chanson
« Le défi du cœur »
Recueillir quelques mots de bénévoles d’ESF (Electriciens sans frontière) dans le cadre des Lumignons du cœur aux Théâtres Antiques
« Le défi colorama »
Faire un raccord de couleur d’un plan séquence à l’autre

Lyon vous donne rendez-vous pour la Fête des Lumières 2017 !

Bilan de l’édition 2016

Les installations de la Fête des Lumières étaient visibles sur 3 soirs, de 20h à minuit. Si la durée de la Fête a été réduite cette année, de nombreux sites ont connu une affluence toujours plus grande au fil des 3 jours.
C’est le cas de la place des Terreaux. Le spectacle Sans dessus-dessous de Joseph Couturier a rassemblé 720 000 spectateurs pendant 3 soirs. A Saint-Jean, 300 000 personnes se sont pressées dans le Vieux-Lyon pour découvrir Evolutions, la création de Yann Nguema du groupe Ez3kiel.
Le théâtre antique de Fourvière, un formidable écrin pour les lumignons du coeur
C’est l’ONG Electriciens sans frontières qui était bénéficiaire de l’opération des Lumignons du coeur organisé sur le site des Théâtres antiques de Fourvière. Le 8 décembre au soir 380 bénévoles étaient présents pour participer à l’élaboration d’une fresque géante à l’aide de 30 000 lumignons. La vente des lumignons a permis à l’association de récolter 76 000 euros. 420 bénévoles se sont mobilisés au total sur les points de vente de lumignons et au théâtre antique pendant les 3 soirs de Fête.

Les trophées
Le Prix Ville de Lyon, qui a récompensé 30 photos parmi les plus likées sur Instagram a été remis au compte Nicolas Navrot.
Le lauréat du Trophée Recylum 2016 est Platonium, l’oeuvre de la cour de l’Hôtel de Ville – Eric Michel / Akari Lisa Ishii (I. C. O. N.) – Projet CNRS.
Le prix du Club des partenaires a récompensé Incandescens, l’installation du site des théâtres antiques de Fourvière – Jérôme Donna /Simon Milleret-Godet – Production Direction de l’Eclairage Public de la
Ville de Lyon.
Et enfin le Trophée des Lumières organisé par France 3 a été décerné à Evolutions, Cathédrale Saint-Jean – Yann Nguema, EZ3kiel – production : La Maison Production.
La Fête sur internet
Depuis plusieurs années, plusieurs outils permettent aux visiteurs de vivre la Fête sur internet et les réseaux sociaux. Cette année pour la 1ère fois, les mobinautes (48%) ont pris le pas sur les internautes (43%) alors que le nombre des personnes connectées avec une tablette est légèrement en baisse (9%). Les internautes, très nombreux à visiter les 3 parcours proposés sur le web, ont plébiscité les installations suivantes :

Plus de 80 000 visiteurs ont utilisé la carte interactive permettant la géolocalisation des oeuvres lumière ainsi que le tracé du périmètre de sécurité.
Les différentes publications de la page Facebook Fête des Lumières ont été vues 1 328 327 fois ces 7 derniers jours. Sur Instagram, on a compté 15 000 photos utilisant le #FDL2016.
Enfin les vidéos Youtube relatives à la Fête ont comptabilisé 100 000 vues.
L’application dédiée a aussi fait l’objet de nombreux téléchargements : 29 570 sur l’ensemble des 3 jours.
Dispositif d’accueil pour les touristes
L’Office de Tourisme a été cette année encore au coeur de l’engouement touristique et multiculturel de la Fête des Lumières. 17 370 personnes ont été accueillies du 8 au 11 décembre place Bellecour par Lyon Tourisme et Congrès dont 40% de visiteurs étrangers. Dans le top 5 des visiteurs étrangers : des Italiens, Espagnols, Allemands, Anglais et Suisses. 286 visites guidées ont été assurées par le Bureau des Guides, soit 7 900 personnes guidées en journée comme en soirée dans la ville, du 8 au 11 décembre.

A propos de la Fête des Lumières à Lyon

Une tradition née au 19ème siècle…
En 1850, les autorités religieuses lancent un concours pour la réalisation d’une statue, envisagée comme un signal religieux au sommet de la colline de Fourvière. C’est le sculpteur Joseph-Hugues Fabisch qui réalise cette statue dans son atelier des quais de Saône.
L’inauguration initialement prévue le 8 septembre 1852 est repoussée au 8 décembre en raison d’une crue de la Saône. Le jour venu, le mauvais temps va de nouveau contrarier les réjouissances : les autorités religieuses sont sur le point d’annuler l’inauguration. Finalement le ciel se dégage… Spontanément, les Lyonnais disposent des bougies à leurs fenêtres, et à la nuit tombée, la ville entière est illuminée. Les autorités religieuses suivent le mouvement et la chapelle de Fourvière apparaît alors dans la nuit.
Ce soir là, une véritable fête est née !
Chaque année désormais, le 8 décembre, les Lyonnais déposent des lumignons à leurs fenêtres et parcourent les rues de la ville afin d’admirer des installations lumineuses exceptionnelles.
Evolutions récentes
En 1989, les mises en lumière des sites patrimoniaux, des paysages de fleuves et de collines, des quartiers et des voies habillent l’ensemble de la ville et participent au cadre de vie nocturne et à la beauté du territoire. Depuis 1999, la Fête des Lumières se déroule sur une durée de quatre jours. Pendant cette période, plusieurs millions de personnes vont déambuler dans toute la ville.
L’histoire du vœu des Échevins
Une première église dédiée à la Vierge est construite à Fourvière en 1168. Elle est ravagée lors des guerres de religions qui opposent catholiques et protestants (1562). Restaurée, elle accueille les voeux successifs des habitants et des échevins face aux épidémies. Le 8 septembre 1643, les édiles et conseillers municipaux de l’époque (le prévôt des marchands et les échevins), montent à Fourvière pour demander à la Vierge Marie de protéger la ville de la peste qui arrive du sud de la France. Ils font le voeu de renouveler ce pèlerinage si Lyon est épargnée. Ce voeu est toujours honoré le 8 septembre.
La Fête des Lumières en quelques chiffres (2014) :

  • 80 projets artistiques et 184 artistes impliqués
  • 79 entreprises et institutions partenaires, 9 partenaires médias
  • 65 délégations internationales accueillies, dont 31 villes
  • 6,5 millions de voyages sur le réseau des Transports en commun
  • 16 600 billets aller-retour TER illico Evénement
  • 60 000 visiteurs accueillis à l’Office du Tourisme
  • 800 000 spectateurs sur la place des Terreaux, 700 000 spectateurs sur la place Bellecour et autant sur la place Saint-Jean

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

/* 468x60, date de création 11/07/11 */
google_ad_slot = "4162152596";
google_ad_width = 468;
google_ad_height = 60;
//-->

ARCHIVES